Test Bravia KDL-EX720

Introduction

Après avoir testé le téléviseur entré de gamme Sony EX521, passons en revue le grand frère 3D Ready, le Sony EX720. Il s’agit toujours d’un téléviseur Edge LED, mais cette fois équipé d’une compensation de mouvement Motionflow XR 200 pour une fréquence d’affichage native de 100 Hz. En dehors de cette compatibilité 3D et de ce Motionflow, les caractéristiques restent identiques au EX521.

Notre modèle de test sera le Sony Bravia KDL-55EX720 pour notre grand plaisir, une taille idéale pour profiter de la haute définition grand format, mais aussi d’une potentielle immersion 3D (si qualité il y a). Le EX720 est donc le modèle le plus haut de gamme commercialisé à l’heure actuelle, en attendant la sortie de la série NX, puis HX. Il est donc équipé de la toute dernière version du portail en ligne Bravia Internet, de Skype, d’une fonction PVR, du contrôle via smartphone, tout comme l’était le EX521.
Vous l’aurez compris, notre test s’orientera donc surtout sur la qualité d’affichage Full HD et 3D de ce téléviseur puisque pour le reste c’est du pareil au même. Ce modèle de 140 cm de diagonale mérite-t-il  son prix d’environ 1800 euros ? Outre le Motionflow XR 200, l’image gagne-t-elle en qualité par rapport aux EX521 ? Le EX721 est-il un bon téléviseur 3D ? Les réponses dans notre test ….

Protocole de test :
  • Lecteur Blu-ray 3D Oppo BDP-93EU Reference d’Audiocom
  • Plusieurs DVD, fichiers audio et vidéo 2D et 3D, Blu-ray 2D & 3D
  • Chaînes de la TNT-HD et TNT
  • Un PC équipé du logiciel 3DTV Play de Nvidia
  • Une clé USB de 32 Go minimum pour les fonctions PVR et timeshift
  • Colorimètre HCFR, Sonde Eye-One display 2, Benchmark HQV 2.0

Présentation et déballage

Au premier abord, le Sony KDL-55EX720 propose un design très similaire au EX521, sauf que lorsqu’on y regarde de plus près, on se rend compte que la finition est plus soignée, avec une coque en aluminium, et non en PVC. La dalle est bien droite, et non voilée comme sur notre EX521 de test, et l’assemblage est bien mieux réalisé, ne présente pas de jeux au niveau des jointures.

Pour le reste, le design est toujours aussi classique et sobre, moins classe que le design monolithique des modèles plus haut de gamme de la série NX, HX et LX. La dalle est fine, légère et facilement transportable malgré les 55″ de diagonale, le 60LX900 était deux fois plus lourd !
Toujours la même déception au niveau de la connectique avec une grande partie dirigée vers l’arrière ce qui réduit considérablement l’intérêt d’une pose murale . On retrouve à l’arrière l’Ethernet, 3 port HDMI  1.4a / 4 dont l’ARC, l’Optique, la Péritel, et même l’antenne, autant dire l’essentiel ! sur le côté, on ne pourra bénéficier que des deux ports USB dont l’USB REC pour le timeshift et la fonction PVR, le slot CI+ et un connecteur HDMI 1.4.

On retrouve également le très bon filtre antireflet de la dalle, qui même s’il ne corrige pas tous les reflets à l’excellente fonction d’offrir une profondeur de noir en salle éclairée proche de la perfection, pour un contraste subjectif impressionnant ! Malheureusement, le cadre noir glossy vient un peu gâcher la fête, il reflète pas mal la lumière ce qui a tendance à détourner l’attention de l’image.

La télécommande pour sa part reste identique à tous les téléviseurs Sony, plutôt agréable, une prise en main facile, très réactive, elle nous a permis de contrôler très facilement notre ampli ou lecteur Blu-ray grâce à la liaison HDMI CEC, sans aucune programmation. Toutes les fonctions et sources sont accessibles rapidement, avec un petit menu qui s’affiche en pop-up sur le côté et qui propose un accès rapide aux réglages les plus couramment utilisés. Cependant, le gros défaut de cette télécommande reste comme trop souvent l’absence de touches rétroéclairées.


Les lunettes Sony en bas, les lunettes JVC DLA-X3 en haut

Une paire de lunettes 3D active à pile est fournie avec, une seule malheureusement. Il s’agit du même modèle que l’an passé, nous reviendrons dessus plus en détail dans le chapitre 3D.


Interface, fonctions et services internet

Le EX721 propose exactement les mêmes fonctions, supports multimédias, limites et qualités que le EX521 déjà testé. Vous retrouverez donc la même analyse que lors de notre test du KDL-40EX521. Le téléviseur Sony EX720 dispose de tous les services internet du Bravia Connect présents sur les modèles haut de gamme, sauf quelques widgets en moins comparé au LX900 déjà testé. Accès à Bravia Internet Vidéos, aux widgets, VOD et musique à la demande Qriocity, moteur de recherche, Skype, Facebook, tout y est !

Une interface Xross Media Bar toujours aussi intuitive

On retrouve comme depuis deux ans, la fameuse interface Xross Media Bar inspirée de celle de la Playstation 3 qui a fait ses preuves, qui est très simple d’utilisation, très réactive, bien structurée avec quelques améliorations comme la vidéo ou la chaîne en cours de visionnage toujours affiché dans un coin lorsque vous naviguer dans l’OSD.

Le nombre d’options et de menus est impressionnant, tout y est, des réglages images, en passant par les configurations réseau, les services internet, l’accès aux médias stockés sur PC via UPnP, ou sur USB, les mises à jour, paramètres prédéfinis pour chaque utilisation (TV, Blu-ray, PC, jeux, etc), sélections de modes « Scène », accès rapide aux contenus visualisés récemment, contrôle parental, fonctions d’économie d’énergie, réglages automatiques des chaînes TV numériques et analogiques, etc.


Quelques menus font leur apparition comme Facebook et Twitter avec un suivi en temps réel des publications. On retrouve également un accès aux visioconférences Skype en 720p (ce qui nécessite une caméra et micro vendus en option) et enfin la possibilité de contrôler le téléviseur avec son iPhone ou smartphone Android via une application Media Remote gratuite.

Des services internet complets

Nous avions déjà présenté les services internet Bravia sur le test du Sony LX900, nous ne reviendrons pas en détail dessus, mais sachez qu’ils ne sont pas aussi complets. Cependant, on retrouve des services gratuits très intéressants comme le Catch-up TV de M6 Replay, Dailymotion et Youtube, Eurosport, Picasa, l’accès à quelques concerts gratuits et surtout la musique à la demande et la VOD Qriocity. Malheureusement, impossible de tester Qriocity en profondeur à cause de l’indisponibilité des serveurs Sony suite aux récents problèmes de piratage. Nous avons eu à peine le temps de faire quelques captures lors de la réception…


Tout est très bien structuré, la navigation simple et rapide, le lancement des vidéos est instantané. Rien à dire, c’est un reel plus pour une TV aussi abordable, même si personnellement je n’utilise que très rarement ce genre de gadgets.

Des fonctions multimédias intéressantes, mais loin d’être abouties

Ce téléviseur propose un support multimédia avec la possibilité de lire vidéos, musiques et photos que ce soit via le port USB ou sur le réseau personnel en accédant aux médias stockés sur votre ordinateur (protocole uniquement UPnP, pas de NFS, ni Samba). Malheureusement, encore une fois de plus le système NTFS n’est pas supporté via USB, seul le système FAT est reconnu ce qui limite considérablement l’intérêt avec l’impossibilité de stocker des vidéos HD de plus de 4Go sur clés en FAT.

Nous avons donc fait l’essentiel de nos tests en lecture UPnP depuis un PC. Cette gestion se fait comme sur la PS3, les AVI, WMV, DivX et M2TS sont reconnus, lu en streaming jusqu’aux résolutions 1080p avec des codecs audio AC3, AAC, MP3, WMA, mais pas de DTS. Par contre, les MKV ont tous été lus, mais ils sont transcodés à la volée, comme sur la PS3, downsamplés en 720 x 576 pixels (même pour les MKV 1080p) ce qui entraine une dégradation de l’image, des saccades, et là aussi le DTS n’est pas pris en charge.

En fait, le seul format qui nous a donné entière satisfaction, c’est le M2TS qui est bien lu en streaming en 1080p, propose une avance et retour rapide ultra performant, les flux audio AC3 sont lus en bitstream vers l’ampli. Par contre, quelques soit le format vidéo pas de support de multipiste, impossible de changer un sous-titre ou une piste son.
Du côté gestion musicale, les pochettes, les tags et les infos sont affichées, le MP3, WAV, LPCM, WMA, et même le FLAC sont lus avec des échantillonnages automatiquement downsamplés en 48 khz ou lus directement en 44.1 khz. Ainsi, nous avons été très surpris de voir qu’un fichier audio test en DXD (384 kHz/ 24 bits !) avait été lu, mais downsamplé en 48 khz. Les FLAC multicanaux ne sont pas lus.
On pourra également accéder à plusieurs infos sur internet grâce à la fonction Track ID (Gracenote). Un regret pour finir, la lecture des musiques s’interrompt lorsque l’on navigue dans les dossiers du PC.

Qualité du traitement vidéo et affichage

Abordons le chapitre principal, la qualité d’affichage de ce téléviseur. Après avoir testé le EX521, nous étions assez intéressés de comparer ces deux modèles puisqu’apparemment la seule différence vient de la présence de Motionflow XR 200 Hz sur le EX720. Et effectivement, on retrouve un peu la même qualité d’image HD sur le Blu-ray, avec une précision un poil meilleure qui apporte un peu plus de relief que sur le EX521. Mais si la qualité d’upscaling des chaînes SD reste aussi moyenne, le Motionflow fait tout de même une grande différence sur le TNT-HD et surtout sur la TNT SD.

On a donc découvert une qualité d’affichage sur la TNT-HD de très bonne qualité. Par contre, n’oublions pas qu’il s’agit d’un modèle de 55″ de diagonale et qu’avec cette taille, le moindre défaut ne pardonne pas. Ainsi, on retrouve tout de même une nette amélioration sur la fluidité, et la correction des artefacts surtout grâce au Motionflow très efficace. Par contre, si le désentrelacement offre toujours très peu de jaggies (pas d’escalier sur les obliques de plus de 6°, ce qui est très bien !) et affiche de très bons résultats, un léger flou est encore plus présent sur les chaînes SD (par exemple, nous avions une image bien plus nette avec le lecteur multimédia Bollo et son tuner TNT-HD), sûrement accentué par cette diagonale, et l’activation des filtres de la dalle pour améliorer les détails et les contours, offre des résultats assez mauvais.

Le Motioflow propose plusieurs niveaux, du plus précis qui semble plus adapté aux films Blu-ray et DVD, jusqu’au plus fluide qui semble plus adapté aux programmes de la TNT-HD. Malheureusement, les modes précis ont tendance à assombrir l’image, et les plus fluides à la rendre trop lumineuse. De notre côté, sur du Blu-ray nous désactivons le Motionflow. Par contre, ce qui au départ s’annonçait comme une bonne surprise (un Motioflow enfin compatible avec la 3D) nous a finalement affiché de grosses saccades sur le Blu-ray 3D, donc inutilisable !
Une image HD a tomber, mais des filtres réducteurs de bruit et d’accentuation trop faibles. Si les filtres peuvent s’avérer intéressants en utilisation avec des lecteurs plutôt basiques, de notre côté, personne ne sera étonné que l’on ait largement préféré laisser le travail à notre lecteur source, l’excellent Oppo BDP-93EU et ses filtres très efficaces.
Sur le 40EX521 les filtres étaient plutôt pas mal, mais sur un 55″ les défauts ressortant plus, ils se sont avérés bien insuffisants. Attention, nous ne parlons pas du traitement HD de l’image, mais bien des filtres d’amélioration comme les réducteurs de bruits qui ne corrigent que très peu le bruit avec une perte de détails (voir le benchmark HQV plus bas), ou l’amélioration des détails et contours qui engendrent trop de cisaillement.
Bref, pour un meilleur résultat, nous conseillons de loin utiliser les filtres postprocessing et upscaling des lecteurs Blu-ray ou amplis, et même si possible des décodeurs TNT plutôt que de gérer ça depuis le téléviseur. Car lorsque l’image source est d’excellente qualité, le EX721 affiche une image d’une qualité exceptionnelle !

En effet, et nous pesons nos mots, nous avons eu la chance de vivre un des meilleurs moments home cinéma avec ce EX721, associé au lecteur Oppo BDP-93EU Reference (version du BDP-93 améliorée par Audiocom). Lorsque l’on voit comment ce EX721 a été capable de nous afficher toutes les qualités de ce lecteur sur La Ligne Rouge, avec une image éblouissante, texturée, vivante, lumineuse et contrastée, avec des couleurs d’une justesse impressionnante, et une profondeur de champ à s’y perdre, on ne peut qu’en déduire que nous avons à faire à un superbe téléviseur 2D !

Contraste et profondeur des noirs

Comme d’habitude, avant de s’attaquer au calibrage colorimétrique, petit réglage au niveau du gamma, contraste et luminosité. Déjà, gros changement avec le EX521, nous avons une dalle qui affiche une très bonne homogénéité subjective, avec quasiment pas de clouding visible à l’oeil. À la sonde, nous avons mesuré des variations de profondeurs des noirs en fonction de la position de la sonde, avec des 0.06 cd/² par endroits, et des 0.07 cd/m² à d’autres et une luminosité pouvant aller de 162 à 185 cd/m² (une fois calibré, ce qui nous donne un contraste d’à peu près 2850:1 une fois la dalle calibrée.
Par défaut, en mode Expert, la dalle affiche un très bon contraste d’environs 3000:1, mais avec des noirs un peu trop haut à 0.08, et une luminosité à 230 cd/m². Cela dit, dans une pièce éclairée, le mode par défaut peut s’avérer vraiment très bon. En effet, nous avons beaucoup apprécié le filtre antireflet de cette dalle qui non seulement filtre bien les reflets, mais en plus permet d’afficher un contraste subjectif en salle semi-éclairée très impressionnant. C’est simple, à l’oeil nous avons l’impression de voir des noirs absolus, même mesuré à 0.08 par la sonde. Cependant, dès que vous passez en salle obscure, les véritables noirs se révèlent et mériteront d’être réglés au minimum, soit à 0.06 donc.
En clair, nous avons trouvé ces résultats subjectifs et mesurés, vraiment très satisfaisants. Plusieurs scènes très sombres sont apparues vraiment superbes à l’écran ! Par contre, précision qu’ici, l’amélioration du contraste activé, permet d’afficher des noirs à 0.02 pour un contraste à 18 500:1, mais une courbe de luminance totalement chamboulée, un gamma à l’ouest, des noirs bouchés et des blancs un peu brûlés. Bref, à déconseiller !

Colorimétrie, calibrage des couleurs

Grosse qualité de ce EX721, comme pour le EX521 mais en mieux, la colorimétrie en mode Expert par défaut est vraiment excellente si ce n’est quelques petites retouches à faire pour les plus pointilleux. Cela change de la plupart des LCD LED que nous avons eus entre les mains. Les couleurs sont belles et naturelles, et le calibrage assez simple a réalisé et affiche de réels résultats. Nous avons à faire à une dalle 12 bits, qui supporte le Deep Color, le x.v.Color, et il est possible de forcer l’espace de couleur en ITU601 ou ITU709, ou en Auto.
Le calibrage effectué, nous arrivons à avoir des résultats presque parfaits, avec une température de couleur à 6500 K, les courbes du gamma et de luminance sont superbes de justesse,  le calibrage des couleurs primaires s’est fait avec une grande précision,  seul le diagramme CIE affiche une petite saturation dans les tons vert/jaune. Pour tout dire à l’oeil, se fut un vrai régale, cela faisait un moment que nous n’avions pas apprécié un LED à se point !

Mesure en Mode Expert par défaut


Mesures en mode Expert Calibré

Diagramme CIE

Nos réglages préférés sur le Blu-ray :
  • Mode : Expert
  • Rétroéclairage : 5
  • Contraste : 94
  • Luminosité : 46
  • Température Couleur : chaud 2
  • Mode Film : non
  • Correction noir : non
  • Amélioration contraste : non
  • Gamma : 0
  • Correction blanc : non
  • Balance des blancs :
  • Gain Rouge : -1
  • Gain Vert : -7
  • Gain Bleu : -1
  • Polarisation du Rouge : 0
  • Poalrisation du Vert : 0
  • Poalrisation du bleu : -1
Benchmark HQV 2.0

Le traditionnel benchmark HQV. comme d’habitude nous précisons que ce test n’est pas représentatif de la qualité d’image HD, mais surtout de la performance du traitement de l’image face aux divers framerate, upscaling, réduction de bruit, défilement de texte droit/gauche et de haut en bas, etc, etc. Ici, nous avons donc activé quelques filtres comme les réducteurs de bruity sur Auto, le mode Film 2 qui est le seul à gérer correctement le 2:2 et 3:2 Pull-down, le filtre d’amélioration des détails et contours sur 1.
comme vous pouvez le voir, les résultats de ce benchmark confirment nos impressions, à savoir qu’il est préférable tout de mê de laisser dès que possible le traitement, upscaling et éventuels filtres à un scaler externe, ampli ou lecteur Blu-ray, décodeur TV, ou autres… Ce n’est pas mauvais, mais c’est loin d’être excellent, surtout sur l’upscaling.

Qualité des chaines et fonctions TV

Encore une fois, vous retrouverez ici à quelques exceptions près, les mêmes analyses que sur le test du EX521, avec un EX720 qui se comporte à l’identique. Ce téléviseur embarque évidemment un tuner TNT-HD avec une mémorisation automatique des chaînes qui seront classées dans l’ordre avec les chaînes HD qui remplacent leur version standard comme TF1 HD, France 2 HD, M6HD, Arte HD. On a la possibilité de modifier l’ordre des chaînes, gérer les favoris, gérer les sous-titres, sous-titres pour malentendants, programmes en audio description, langues des programmes multilingues, etc.

On retrouve les performances du traitement vidéo décrites dans le chapitre précédent avec un très bon désentrelacement, très peu de jaggies sur les chaînes HD comme SD, mais un désentrelacement qui manque cependant de précision avec un léger manque de netteté sur certains programmes HD comparé aux TV les plus performantes. La qualité des chaînes de la TNT-HD reste cependant excellente lorsque le contenu est de qualité, mais c’est plus du côté des chaînes SD que cela se gâte un peu. On retrouve la faiblesse de l’upscaling dans l’affichage des chaînes SD. Trop d’artefacts de compression, de remontée de bruit et de manque de netteté sont présents, mais comparés au EX521, le Motionflox XR 200 apporte ici toutes ses qualités en lissant l’image SD pour diminuer un peu les artefacts de compression.

L’EPG quant à lui est assez classique, une grille vous indique les programmes actuels et dans les prochaines heures, voir prochains jours, un simple clic sur un de ces programmes vous donnera plus d’informations sur le type de programme, éventuel réalisateur ou acteur, synopsis, etc. Par contre, les programmes diffusés le lendemain ou les prochains jours sont rarement disponibles ce qui limité les fonctions d’enregistrements programmés. En effet, vous aurez également accès à une option d’enregistrement du programme via USB lorsque vous cliquez dessus dans l’EPG. Cette fonction est également classique, mais permet aussi des programmations manuelles. Cela nécessite tout de même une clé USB d’un minimum de 32 Go pour permettre les enregistrements. Le plus gros souci vient du fait que le téléviseur n’embarque qu’un seul tuner TNT et donc il est impossible de zapper une chaîne en cours d’enregistrement.


Autre problème, impossible de faire reconnaitre un HDD Externe inséré dans un Rack (nous avons utilisé le l’extension Dune HD Base HE qui est un rack pour HDD de 3.5″). Seuls notre HDD externe Samsung de 100 Go, ou une clé de 32 Go ont été reconnus. Il faut inscrire ce périphérique sur le téléviseur qui le formatera avant de pouvoir faire des enregistrements. Il faut savoir également que les enregistrements ne peuvent pas être lus sur un PC, le système de fichiers utilisés par la TV est propriétaire et ne sera pas reconnu par le PC. Comme la fonction PVR, le timeshifting nécessite une clé USB enregistrée auprès du téléviseur et donc de 32 Go minimum.

Verdict technique TV

Sensibilité du tuner
Excellente

temps de zap
Excellent

Chaînes HD privilégiées
Oui

Télétexte
Oui

Guide électronique des programmes
Bon

Mode PIP (Picture In Picture)
Oui

Chaînes payantes via adaptateur CI/CI+
Oui

Qualité des basses
Mauvaise

Qualité des mediums
moyen

Qualité des aigus
Bon

Effet surround
Moyen

Upscaling des sources SD (TV et Vidéos)
Moyen

Mode 100 Hz
Excellent

Compensation de mouvement
Très bonne

Réducteur de bruit
Moyen

Désentrelacement HD
Excellent

Désentrelacement SD
Très bon

 

Qualité et fonctions 3D

Le téléviseur EX720 de Sony est 3D Ready (si, si), mais d’après le constructeur il s’agit plus d’une excellente TV 2D dotée d’une option 3D que d’un « vrai’ téléviseur 3D Ready. Chacun interprètera ces infos à sa façon, toujours est-il que sur le terrain cela se confirme, « l’option 3D » n’est pas vraiment intéressante avec une qualité de relief qui laisse vraiment à désirer. Le EX720 est livré avec une paire de lunettes 3D active de même confection que sur le LX900 déjà testé.

Une qualité 3D décevante, moins bonne que sur le LX900 de 2010

Autant le dire tout de suite, nous vous déconseillons vivement de vous diriger vers ce modèle si la 3D est votre principal intérêt, ou même si vous comptiez découvrir la 3D, vous risqueriez d’être découragé à de la 3D, à tord. Le problème de ghosting, LE gros problème dominant de cette nouvelle ère en relief, est très (trop) présent à notre goût.

Après avoir découvert de la 3D aussi merveilleuse que celle proposée par les projecteurs DLP 3D, autant dire que pour nous, suivre un film 3D en entier sur ce téléviseur relève d’un véritable défit. Les arrières plans sont flous et dédoublés, seuls l’objet ou le personnage principal au centre de l’image offre un bon rendu 3D. Le réglage des effets 3D ne changera rien, au contraire, il ne fera qu’accentuer ce problème de ghosting.
Un point nous paraissait intéressant au départ, le Motionflow fonctionnel sur la 3D, ce qui n’était pas le cas en 2010 même sur des modèles haut de gamme comme le LX900. Malheureusement, sur le Blu-ray 3D, l’activation de ce Motionflow XR 200 entraine des saccades assez marquées, alors qu’en l’absence de Motionflow le Blu-ray ne saccade pas, mais manque tout de même de fluidité.

Autre déception pour un modèle 3D, l’absence de support des vidéos Side-by-Side en UPnP, et donc avec l’absence de support du NTFS, la gestion des vidéos 3D via USB n’est pas non plus possible. Les photos 3D au format JPS et MPO ne sont pas reconnues.

Le PC pour profiter de la 3D

Par contre, en tant que téléviseur compatible 3DTV Play de Nvidia, il sera possible de gérer vidéos 3D, photos 3D et même jeux 3D Vision depuis un PC doté d’’une carte Geforce et de logiciel 3DTV Play (qui est intégré au kit 3D Vision). Mais encore une fois, avec le PC, les problèmes de ghosting viennent gâcher l’expérience.

Le PC permet de gérer beaucoup mieux les vidéos 3D Side-by-Side qui ne ressortent pas bien lorsqu’elles sont gérées par le EX720 directement. Il en sera de même avec les photos, les conversions 2D/3D. En effet, le EX720 permet de lire les vidéos 3D Side-by-Side, Top-and-Bottom, mais il les gère comme une conversion à la volée, il faudra donc activer le mode de conversion adapté depuis le menu 3D.

Le PC reste une extraordinaire plateforme en complément d’un téléviseur 3D pour profiter de nombreux contenus et palier au nombre très faible de BD3D dans le commerce. Plus de 400 jeux sont disponibles (tous ceux compatibles 3D Vision), des vidéos 3D, des extraits, des photos de passionnés de 3D, etc.

Les effets 3D sur le EX720

Niveau fonctionnalités 3D, il sera possible de diffuser de la 3D Side-by-Side, Top-&-Bottom, le Blu-ray 3D évidement,  bref rien de nouveau par rapport aux modèles de 2010. Présent également, la fonction de conversion 2D/3D à la volée, nous nous étendrons pas dessus. Contrairement aux logiciels PC, le EX720 peut convertir tout contenu en 3D, que ce soit du Blu-ray, DVD, PC, jeux sur PS3, Xbox, etc. Si la conversion 2D/3D est assez agréable à suivre par rapport à ce que l’on a pu voir jusqu’à lors, c’est aussi parce que le gain de relief est pratiquement nul. Si l’on augmente la profondeur, du crosstalking apparait et c’est impossible à supporter. La conversion 2D/3D reste pour nous un pur gadget si ce n’est sur certains passages.

Les lunettes 3D de Sony

Les lunettes 3D sont identiques au LX900 déjà testé, elles ne nous ont posé aucun problème de confort, même si on peut regretter l’absence de protège-nez changeables pour plus d’ergonomie. Elles ne sont pas les plus confortables que nous avons essayés, mais tout à fait supportables 2 heures.

Lunettes Philips en haut vs Sony en bas

Les verres diminuent la luminosité, mais le téléviseur s’autocalibre en mode 3D pour élever sa luminosité et son contraste afin de compenser. Nous revenons sur un point que nous avions abordé il y a quelque temps, le problème de perte de 3D lorsque vous penchez la tête est bien réel et beaucoup plus prononcé sur le EX720 qu’avec les lunettes nVidia, ou Philips par exemple. En fait, vous penchez la tête d’à peine 20° et les lunettes perdent la synchronisation, le relief disparait, mais l’image ne devient pas plus sombre comme sur les Samsung.

Conclusion

Pour conclure, il est vrai que la 3D représente la grosse déception de ce téléviseur, mais il faut bien avouer que l’expérience Blu-ray que nous venons de vivre avec ce KDL-55EX720 a été tout simplement magnifique. Certes, la source utilisée n’est autre qu’un lecteur Blu-ray d’exception, mais lorsqu’un téléviseur est capable d’exploiter aussi bien un tel lecteur comme le Oppo BDP-93EU Reference, c’est que cette TV est dotée de très grande qualité.

Le visionnage de La Ligne Rouge sur ce EX720 reste un des deux plus grands moments home cinéma que nous ayons pu vivre cette année. L’image est texturée et précise, sans jamais être agressive, dotée d’une exceptionnelle luminosité tout en affichant des noirs homogènes et très denses. Ce ne sont pas les noirs les plus noirs que nous ayons pu voir, mais avec une colorimétrie proche de la perfection, l’ensemble est de très haute volée.
Le Sony KDL-55EX720 est donc un modèle 2D exceptionnel, que nous recommandons vivement pour une utilisation home cinéma Full-HD et 2D et une expérience DLNA très aboutie. Pour les amateurs de 3D, il faudra se diriger vers un autre modèle. Pour ses superbes qualités 2D, nous lui accordons un Award AVHD.

Utilisation TV

Home cinéma

Jeux vidéo

Multimédia

Services web

Rendu 3D

Ce que l’on aime

  • L’excellente colorimétrie
  • Une image HD de toute beauté
  • L’homogénéité de la dalle
  • Le désentrelacement
  • Un contraste excellent en salle éclairée
  • Un contraste très bon en salle obscure
  • Les services internet très complets
  • La fonction PVR (perfectible)
  • L’interface pratique et très réactive
  • Les réglages images assez complet
  • Le support du Deep Color
  • Le support du format audio FLAC
  • Le prix plutôt raisonnable

Ce que l’on regrette

  • Pas de double tuner (fonction PVR)
  • La gestion multimédia (trop perfectible)
  • Le transcodage des MKV en 576p via UPnP
  • L’upscaling des chaînes SD très moyen
  • L’absence de gestion du NTFS via USB
  • Pas de gestion du DTS en multimédia
  • Trop de connectique dirigée vers le mur
  • Trop de ghosting en 3D
  • Pas de gestion des formats 3D multimédia
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s